Real Time News
for Human Resources Governance

Les chauffeurs Uber et Lyft bientôt salariés en Californie

C'est une première mondiale qui pourrait modifier l'économie des plateformes de services, même si elle ne concerne pour l'heure que la Californie : un projet de loi adopté par l'assemblée de cet état américain imposera aux entreprises comme Uber ou Lyft, à partir du 1er janvier 2020, de considérer leurs chauffeurs VTC jusqu'ici indépendants, comme des employés. Ce, dès lors qu'ils travailleront principalement pour elles. En Europe, des tribunaux ont déjà considéré qu'un lien de subordination existait entre les chauffeurs et ces plateformes, ouvrant la possibilité d'une requalification des contrats.

La Californie accorde le statut de salarié aux chauffeurs VTC (Challenges)

LVMH, Google, Airbus... entreprises préférées des jeunes diplômés

LVMH, puis Google, L'Oréal Group, Decathlon et Apple pour les étudiants d'écoles de commerce ; Airbus, Google, Thales, Total et Safran pour ceux des écoles d'ingénieurs : ce sont les entreprises préférées des futurs cadres en commerce et en ingénierie, recensées dans le palmarès annuel d'Universum, société suédoise spécialisée dans la marque employeur qui a interrogé 40.000 étudiants en France. Decathlon fait une entrée remarquée dans le top 5, identifié pour son environnement de travail, le respect des salariés, mais aussi l'orientation client prisée surtout par les étudiants des écoles de commerce. Depuis plusieurs années, le luxe et l'aéronautique trustent les premières places du palmarès. Nouveauté, outre l'ascension de Décathlon, les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) - hors Google déjà classé très haut - progressent dans les souhaits des futurs ingénieurs et s'approchent du top 10.

Où les jeunes diplômés veulent-ils travailler ? (Cadreo)

Le bruit, principale source de gêne en open-space

Les résultats de l'enquête européenne Sumer sur les conditions de travail, publiés cette semaine, permettent notamment un focus sur l'une des nuisances les plus répandues dans le monde du travail, et en forte augmentation : le bruit. Ce "perturbateur d'attention" peut être une source de gêne pour 5,8 millions de salariés selon l'enquête (contre 3,2 millions il y a vingt ans). L'essor des open-spaces explique en partie cette évolution. A la fin de ce mois, l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) présentera les dernières méthode d'évaluation des effets du bruit en open-space.

Le bruit de l'open-space (Passeport Santé)

La réduction des cotisations patronales étendue à l'assurance chômage au 1er octobre

Pour les employeurs qui appliquent la réduction générale des cotisations patronales (sur les rémunérations égales ou inférieures à 1,6 smic sur l'année), le champ de la réduction avait été étendu aux cotisations retraite Agirc-Arrco au début de l'année. Le 1er octobre prochain, la réduction est aussi étendue aux cotisations chômage (hors AGS). Deux formules de calcul du coefficient de réduction établies sont applicables.

Cotisations patronales sur l'assurance chômage (Revue fiduciaire)

Le préjudice d'anxiété élargi au-delà de l'exposition à l'amiante

La Cour de cassation élargit le bénéfice du préjudice d'anxiété à d'autres substances toxiques que l'amiante. Consacré en 2010 par la même juridiction, le préjudice d'anxiété permet l'indemnisation par l'employeur de travailleurs qui ne sont pas malade mais craignent de le devenir à tout moment, du fait de leur exposition à un risque de santé. Il a été restreint aux salariés de certaines entreprises classées au regard de leur utilisation de l'amiante et concernées par les préretraites amiantes, puis à l'ensemble des travailleurs ayant été exposés à l'amiante. Désormais, l'exposition à "une substance nocive ou toxique générant un risque élevé de développer une pathologie grave" (la silice ou le benzène par exemple) pourrait ouvrir des droits à une indemnisation pour préjudice d'anxiété.

Préjudice d'anxiété : au delà de l'amiante (20 Minutes) 

L'ANDRH propose un index pour l'emploi des seniors

L'Association nationale des DRH (ANDRH) a proposé, lors de sa rentrée ce mardi, la mise en place dans les entreprises d'un "index des seniors", inspiré de l'index égalité hommes-femmes imposé par le gouvernement. "La première discrimination du marché du travail est celle de l'âge", rappelle l'ANDRH. Mais rien n'incite concrètement les entreprises à conserver ou embaucher des salariés seniors. L'index senior n'utiliserait pas le critère de la rémunération comme celui de l'égalité professionnelle, mais notamment des critères de formation et de turn-over. Et il serait, lui aussi, négocié entre partenaires sociaux. L'association veut ainsi "encourager les pratiques au sein des entreprises".

Un index pour les seniors (Boursorama)

Un record de primes salariales en 2018

10/09/2019

Près de 5,2 milliards d'euros de primes de partage (participation, intéressement, abondements PEE/Perco) ont été distribués aux salariés des entreprises du SBF 120 : une hausse de 20% par rapport à 2012 et un record, selon le cabinet Eres qui établit son 7e baromètre du "partage des profits". La prime moyenne s'élève à 4243 euros en 2018. La tendance devrait se poursuivre notamment grâce à la reconduction en 2020 de la prime de pouvoir d'achat pour les entreprises ayant signé un accord d'intéressement, mais aussi grâce aux mesures de la loi PACTE qui facilitent les versements de l'entreprise aux collaborateurs.

Record de primes de partage (DAF-mag)