Real Time News
for Human Resources Governance

Les créations d'emploi ralentissent au 2e trimestre

10/09/2019

Les créations d'emploi ont poursuivi leur croissance au 2e trimestre de cette année, mais à un rythme ralenti, soit 45.800 contre plus de 100.000 au 1er trimestre dans le secteur privé (+0,2% contre +0,4%) selon le denier pointage de l'Insee. La construction, l'emploi industriel, et les services marchands notamment sont à l'origine de ces créations. Et la création d'emplois dans les services non marchand a même accéléré sur ce trimestre. Sur un an, l'emploi salarié s'accroit de 1,1%.

L'emploi intérimaire est, lui en recul de 7,6% sur un an, selon les chiffres du syndicat professionnel Prism'Emploi. Considéré comme un indicateur de tendance avancé du marché de l'emploi, ce résultat qui envoie un signal négatif peut néanmoins être tempéré par le fait qu'il n'est pas seulement causé par des ralentissements d'activité dans certains secteurs, mais aussi par une nette hausse des embauches en CDI.

Créations d'emploi au 2e trimestre (BFM)

Ralentissement dans l'intérim (Economie Matin)

Acompte à verser pour la contribution formation professionnelle

Avec la loi "Avenir professionnel", les modalités de versement des contributions à la formation professionnelle ont changé, afin d'assurer le financement pendant l'année en cours et non plus en année n-1. En 2021, les entreprises verseront leur contribution formation aux Urssaf, mais cette année et en 2020, elles sont encore collectées par les OPCO. Les entreprises d'au moins 11 salariés doivent s'acquitter, auprès de l'OPCO dont elle dépendent et avant le 15 septembre, d'un acompte de 75% de leur contribution (taux de 1%) au titre de l'année 2019. Elles auront jusqu'au 1er mars prochain pour verser le solde de 25% et un nouvel acompte au titre de l'année 2020.

Contribution formation professionnelle (Net-PME)

Absentéisme : baromètre à la hausse

Les baromètres se suivent et se ressemblent sur les arrêts de travail. Après celui de Willis Towers Watson dont les résultats étaient résumés dans notre news du 29 août, le baromètre de Réhalto, spécialiste des risques humains et sociaux, constate une forte augmentation de l'absentéisme au travail. Les arrêts de travail augmentent de 6,85% par an depuis 5 ans. 36% des salariés ont été arrêtés au moins une fois sur les 12 derniers mois, pour une durée moyenne de 14,1 jours. Préoccupant : les problématiques mentales sont à l'origine de 29% des arrêts, dont 19% pour les seuls burn-out. Le baromètre attire l'attention sur la situation des 19-29 ans, victimes de "burn-out de désillusion", dûs à une forte déception après un investissement personnel très fort sur leurs premières années de salariat. Le télétravail est considéré comme l'une des solutions, permettant aux salariés de mieux gérer leur situation personnelle. Et il se traduit par un recul des arrêts dans les entreprises qui l'ont adopté (taux d'absentéisme de 2% contre 4,3%). Autre piste : organiser le soutien social des managers et des collègues.

Absentéisme en hausse (WK-RH)

Quelle prime de précarité pour les étudiants ?

Au terme de la période estivale, la question se posera pour certains employeurs : les étudiants qui ont travaillé en CDD pendant leur vacances ont-ils droit à une prime de précarité en fin de contrat ? Dans ce cas précis, il ne peuvent y prétendre. Reprenant leurs études après un job de vacances, ils ne sont pas considérés en situation de précarité. Mais les étudiants qui cumulent un emploi et leurs études durant l'année universitaire ont, eux, droit à la prime de précarité au terme d'un CDD. Il est considéré que la perte d'un emploi peut mettre en péril leur année universitaire.

Prime de précarité pour les étudiants en CDD (Juritravail)

Equilibre vie privée - vie professionnelle : les meilleures entreprises

La bonne conciliation permise entre vie privée et vie professionnelle participe de plus en plus de l'attractivité d'une entreprise, alors que plus du tiers de salariés disent avoir du mal à la réaliser. Le jobboard Glassdoor, qui compile les témoignages de très nombreux salariés ou ex-salariés sur leur entreprise, dresse un palmarès des meilleures employeurs dans ce domaine. Des startups étaient attendues sur ce sujet et elles figurent bien dans le top 10, comme Ledger Squad ou One Point. Mais elles côtoient des groupes comme Airbus, Orange, SAP, EDF et un établissement public comme Pôle Emploi.

Les championnes de l'équilibre vie privée - vie professionnelle (BFM TV)

Les postes RH dont le salaire va augmenter en 2020

Certains profils RH profitent de la guerre des talents et les employeurs sont prêts à booster les salaires de certains profils stratégiques selon le cabinet de recrutement PageGroup. Parmi ceux-ci : le chargé de recrutement (+5 à 9%) ; le responsable des relations sociales (jusqu'à +20%); le responsable paie, notamment avec une culture international et pratiquant un anglais courant (+10 à 15%) ; le responsable SIRH, "job en or" selon le spécialiste du recrutement Robert Half, fait l'objet d'une guerre des talents acharnée.

Par ailleurs, parmi sept "job" qui vont exploser en 2020, ce recruteur a identifié le profil RH de "responsable talent acquisition", chargé de la stratégie prévisionnelle des emplois et compétences en acquisition et de la rétention, voire des mobilité internes; mais aussi de la mise en place de la marque employeur et du déploiement des stratégies de recrutement.

Tensions salariales sur certains profil RH (Exclusive RH)

Sept jobs en or en 2020 (Les Echos)

L'organisation du travail dans l'usine du futur

A quoi ressemblera le travail dans l'usine du futur ? Quel sera le rôle des opérateurs de production et comment seront-ils formés ? Un consistant dossier de La Fabrique de l'Industrie, laboratoire d'idée des employeurs de l'industrie, entreprend d'apporter des réponses en interrogeant une vingtaine de dirigeants et d'experts. En question notamment : l’autonomie des opérateurs, la rationalisation des processus (lean manufacturing) et l'intégration de technologies avancées. L'ouvrage met en avant l'idée d'un "design du travail" qui prendra en compte l’opérateur comme client et acteur du processus de définition du travail, à l’heure où les technologies 4.0 pourraient au contraire réduire ses marges de manœuvre. Et il identifie des pratiques d'organisation du travail et de gestion des compétences au sein d'usines qui sont à l'avant-garde de ces transformations. En lien de cet article sur le site de la Fabrique de l'Industrie, le document complet de 132 pages.

Le futur du travail en usine (La Fabrique de l'Industrie)