Real Time News
for Human Resources Governance

Dernières recommandations pour la canicule

La canicule s'intensifie encore en cette fin de semaine. Le droit du Travail ne précise pas une température maximale au delà de laquelle il est impossible de travailler (l'INRS  et la CNAMTS recommandent, eux, d'évacuer des locaux fermés à partir de 33°). Mise à disposition d'eau fraiche (au moins 3 litres dans le secteur du bâtiment) et ventilation des locaux font partie des obligations de l'employeur. Dans la mesure du possible, il peut décaler les horaires de travail et augmenter les temps de pause. De son côté, un salarié peut, selon le code du Travail, exercer son droit de retrait s'il constate un danger grave et imminent pour sa santé ou s'il constate un défaut dans les systèmes de sécurité.

Dernières recommandations pour la canicule (Courrier Cadres)

Quelle tenue pour une canicule ?

Immanquablement, quand le thermomètre approche les 30°, les questions reviennent sur les tenues vestimentaires appropriées, mais aussi acceptable, pour travailler confortablement. Est-il possible de venir au travail en short et en tong ? Les seules justifications aux restrictions que peut apporter un employeur à la liberté de se vêtir doivent être justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. En pratique, deux cas de figure peuvent correspondre à  ces circonstances : les impératifs d'hygiène et de sécurité d'une part, l'image de l'entreprise d'autre part. Le deuxième cas de figure est souvent plus difficile à déterminer. Le contact avec les clientèle est un facteur déterminant. La Cour de cassation a ainsi jugé qu'un bermuda constituait une tenue incompatible avec la fonction d'un commercial en contact avec des clients.

Short ou pas ? (Tissot Editions)

Les managers face au fait religieux au travail

Selon l'Observatoire du fait religieux en entreprise (Ofre) et l'Institut Randstad, 2/3 des salariés ont observé des faits religieux au travail en 2018. S'ils n'entravent pas le fonctionnement de l'organisation, ils peuvent générer des tensions (demandes d'aménagement, jours de congés…) et contraignent les managers à se positionner. Ce, même si la loi Travail de 2016 a permis aux entreprise de mentionner la neutralité religieuse dans leur règlement intérieur. Le managers peuvent adopter une stratégie de "flexibilité"; une stratégie de "séparation" entre travail et vie privé, refusant toute adaptation; une stratégie du "terrain commun" visant à créer une collaboration autour de valeur fortes de l'entreprise et d'objectifs commun. Il reste délicat de faire face à des sentiments d'injustice pour des salariés pratiquants qui se voient refuser des aménagements ou des non-pratiquants qui, au contraire, ne comprendraient pas les souplesses accordées à des collègues. Il est donc important que les entreprise formulent des directives précises.

Malakoff-Mederic-Humanis lance un indice du capital humain dans l'entreprise

Le groupe Malakoff-Médéric-Humanis, spécialisé en santé, prévoyance et retraite, édite un indice du capital humain en entreprise, réalisé avec l'agence d'analyse extra-financière EthiFinance. Cinq dimensions sont prises en compte : la création et le partage de la valeur; la santé et la qualité de vie au travail; la gouvernance et le management; l'éthique et la démarche RSE et la gestion des compétences. La moyenne des 229 entreprises analysées atteint un score de 45/100. Le groupe de prévoyance établit un lien entre la prise en compte du capital humain et le niveau de performance économique, sociale et boursière.

Indice du capital humain (Malakoff-Médéric-Humanis)

Elargissement du préjudice d'anxiété

Un arrêt de la cour de Cassation rendu le 5 avril reconnaît à tout salarié exposé au cours de sa carrière à l'amiante, la possibilité de faire valoir un "préjudice d'anxiété" si l'employeur n'a pas respecté son obligation de sécurité. Jusqu'à présent, il ne pouvait s'appliquer qu'à des salariés de sociétés répertoriées par arrêté ministériel, éligibles à la préretraite amiante (Acaata). Avec ce jugement qui élargit le préjudice d'anxiété à tous les salariés exposés à l'amiante, certains avocats considèrent même que d'autres expositions à des substances cancérogènes pourraient par la suite être concernées.

Préjudice d'anxiété amiante (Capital)

Le bore-out et comment le prévenir

Moins connu que le burn-out, le bore-out désigne le "stade ultime de l'ennui au travail", généralement lié à la perte de sens du travail, à l'accumulation de tâches routinières ou déshumanisées, ou encore à l'absence de sollicitations. Pour l'entreprise, le prix est une perte de performance et un risque de réputation. Pour le salarié, les symptômes peuvent devenir sérieux : perte d'estime de soi, dépression, perte de mémoire… Le manager doit être proactif pour prévenir ces situations; le collaborateur en ayant souvent honte, ne fera pas le premier pas. Contribution à des projets transversaux, acquisition de nouvelles compétences et feed back réguliers sont des solutions souvent évoquées. Une enseignante chercheuse préconise même de réaliser une cartographie de l'ennui au travail dans une entreprise et de discuter collectivement des solutions entre les salariés et leur hiérarchie.

http://courriercadres.com/management/en-pratique/bore-out-comment-manager-lennui-12032019 (Courrier Cadres)

Les congés payés, dans le bon ordre

A l'approche de la période estivale, les Editions Tissot proposent un rappel utile sur la fixation et l'ordre des départs en congé. Cet ordre est établi en fonction de la situation de famille du salarié, et notamment des possibilités de congé de son conjoint, ainsi que la présence au sein du foyer d’un enfant ou d’un adulte handicapé ou d’une personne âgée en perte d’autonomie ; en fonction de l’ancienneté ; et, le cas échéant, en tenant d’une activité chez d’autres employeurs. L'employeur peut aussi imposer une période de congé correspondant à une période de fermeture de l'entreprise.

https://www2.editions-tissot.fr/actualite/representants-du-personnel-ce/l-actualite-sociale-de-la-semaine-pose-des-conges-payes-arrets-maladie?_ga=2.27888244.914143056.1551943527-769776151.1546427427 (Editions Tissot)

QVT : quels résultats pour l'ANI de 2013 ?

Quels fruits l'accord national interprofessionnel (ANI) de 2013 Qualité de vie et Egalité professionnelle a-t-il portés. Il encourageait les partenaires sociaux à faire le lien entre santé, compétence, organisation du travail et performance globale. L'Anact dresse le bilan dans un document qui analyse une centaine d'accords d'entreprise « égalité professionnelle-QVT » signés entre août 2017 et août 2018. Elle note des avancées sur le versant sociétal de la qualité de vie au travail, avec des accords sur l'équilibre des temps ou le télétravail, ainsi que sur l'égalité professionnelle. Mais des retards sur les questions de santé au travail, de charge et d'organisation du travail encore peu abordées dans les accords.

https://www.anact.fr/qualite-de-vie-au-travail-et-egalite-professionnelle-quels-effets-de-laccord-national (Anact)

 

Les Français s'ennuient au travail

Pas moins de 63% des Français interrogés dans le cadre du baromètre de Qapa considèrent leur travail ennuyeux même si,  paradoxalement, il ne leur semble pas sans intérêt pour autant (71%). Une situation que plus de la moitié des femmes ont du mal à vivre (39% des hommes). Stratégie face à ce désœuvrement : 9 personnes sur 10 cachent leur ennui. Et même 6 sur 10 font semblant d'avoir un travail passionnant. Mais plus de la moitié accepterait un salaire plus faible pour travail plus intéressant.

https://www.qapa.fr/news/barometre-national-emploi-112/ (Qapa)